C’est aussi la période où on va entreprendre les travaux d’entretien du sol : apporter de la fumure, l’enfouir par un léger travail du sol, travailler la zone sous les cèpes afin de ralentir la pousse des adventices, réaliser la première tonte entre les rangs, passer le motoculteur en côte de Brouilly (vigne difficilement mécanisable car forte pente) et compléter par du piochage manuel.

En effet, l’entretien des sols est sans doute la différence la plus spectaculaire entre le mode de culture dit « conventionnel » et le mode de culture bio. Mais quel bonheur que de redonner vie à ce sol qui avait été oublié ! Et c’est là une des clés principales de la réussite en agriculture biologique.

Lorsque le sol est bien propre et tondu, on peut baisser les fils releveurs et tout est prêt pour suivre la pousse de la vigne, les bourgeons commençant à pointer leur nez généralement fin mars début avril.